Aller au contenu principal

Historique

Depuis 1995, le laboratoire de toxicologie alimentaire de l'école d'ingénieurs ENSBANA (Ecole Nationale Supérieure en Biologie Appliquée à la Nutrition et à l'Alimentation), s'interesse à la génotoxicité et aux effets perturbateurs endocriniens de molécules issues des emballages à contact alimentaire.

 

En 1999, le laboratoire arejoint l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) en intégrant une UMR (Unité Mixte de Recherche) de "toxicologie alimentaire".

 

En 2003, le savoir-faire acquis a permis l'équipe d'être labellisée ERT (Equipe de Recherche Technologique), la seule sur le campus bourguignon "Sécurité alimentaire-emballage".

 

C'est de cette entité qu'est né le DERTTECH (Département d'Etudes et de Transfert Technologique) "Packtox" en 2008.

 

Depuis 2012, le derttech est adossé à l'équipe Nutox de l'UMR UB/INSERM 866.

 

 

Thématique d'expertise

Le laboratoire de toxicologie alimentaire travaille depuis une quinzaine d'années sur la mise en place de tests sensibles et reproductibles sur des lignées cellulaires d’origine humaine.

 

Ces tests permettent d’étudier les effets potentiellement toxiques des molécules issues d’emballages à contact alimentaire. Etant donnée la faible exposition possible à ces migrants, le laboratoire étudie deux toxicités : les effets génotoxiques et les effets perturbateur endocrinien (PE).

 

Par ailleurs, afin d’éviter les faux positifs ou négatifs dans l’interprétation des résultats de ces différents tests, des tests de cytotoxicité sont menés systématiquement en amont.

 

Les effets génotoxiques doivent être identifiés, ils peuvent se traduire par des lésions de l’ADN de la cellule, ces lésions, si elles ne sont pas réparées ou si la cellule ne meurt pas par apoptose ou nécrose, peuvent conduire à une mutation, première étape d’un processus cancéreux.

 

Les effets de type perturbateurs endocriniens peuvent modifier l’équilibre hormonal ainsi que les différentes fonctions régulées par les récepteurs hormonaux. Ce déséquilibre peut être à l’origine de diverses pathologies touchant les organes reproducteurs. De plus, ces PE sont des ligands de récepteurs nucléaires régulant la transcription de gènes impliqués aussi dans le syndrome métabolique.

 

Personnel

Packtox regroupe les compétences de :

  • un professeur (PhD, HDR)
  • deux maitres de conférences (PhD)
  • un ingénieur de recherche (PhD)
  • une technicienne (PhD)